Entreprises & Décideurs

Corporate management: information pour les dirigeants


Entreprises & Décideurs

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Les compagnies aériennes low-cost sont en pleine forme





Les résultats du mois d’avril 2017 confirment la bonne santé des transporteurs low-cost. La recette de leur succès : un réseau de destinations étendu et un niveau de confort à peu près correct.



Ryanair et easyJet améliorent leurs performances

Décidément, l’aviation low-cost a le vent en poupe ! EasyJet a transporté 7,12 millions de passagers en avril 2017, soit 11,7% de plus qu’un an auparavant. Le coefficient de remplissage s’établit à 92,9 %, soit 2,5 points de plus qu’en avril 2016. Si cette ascension peut paraître fulgurante, Ryanair a fait encore mieux : le « roi du low-cost » irlandais a géré 11,3 millions de passagers, soit une hausse de 14 % sur un an. Son coefficient de remplissage est également plus élevé (96 %, soit 3 points de plus qu’en avril 2016).
Entre avril 2016 et mai 2017, easyJet a transporté 76,68 millions de clients, tandis que Ryanair en a géré 121,3 millions.

Quand les low-cost entendent entrer dans la cour des grands

Fières de ces performances, les directions des compagnies low-cost n’entendent pas s’arrêter là. Depuis début mai 2017, Ryanair propose des vols en correspondance avec transfert des bagages sur son propre réseau. D’ici fin 2017, des correspondances seront assurées avec les compagnies Norwegian et Aer Lingus. Et le prochain défi pour le transporteur irlandais est de convaincre les compagnies aériennes traditionnelles, comme Air France-KLM, à se prêter au jeu des correspondances.

Des hubs régionaux pour servir une clientèle large

Mais l’argument de vente ultime des compagnies low-cost est le choix de destinations qu’elles offrent depuis les aéroports régionaux. Ainsi, en février 2017, le trafic national a augmenté de 5 % à l’aéroport de Lyon, de 12,9 % à Strasbourg et de 34,4 % à Marseille. Côté compagnies aériennes, easyJet a enregistré une hausse du trafic de 17,5 %, tandis que Volotea a vu le sien augmenter de 20,5 %.

Le confort, un facteur non négligeable

Le confort offert à bord de ces compagnies à bas coûts améliore certes peu, mais vu sa baisse chez les transporteurs traditionnels, il est de plus en plus perçu comme étant adéquat. À titre d’exemple, afin de rajouter deux rangs supplémentaires, British Airways a récemment annoncé la réduction de l’espace entre les sièges à 29 pouces, alors même que chez les low-cost Ryanair, Flybe et TUI il est de 30 pouces.
Ryanair fait également des progrès au niveau de la satisfaction client : en avril 2017, la compagnie a reçu 1,45 réclamation pour 1000 passagers, contre 1,52 en 2016. Sur 1 000 bagages, seul 0,56 a été perdu.


10 Mai 2017