Entreprises & Décideurs

Corporate management: information pour les dirigeants


Entreprises & Décideurs

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Scandale Kobe Steel : 6 constructeurs automobiles japonais touchés





Le week-end du 7 octobre 2017, au Japon, un nouveau scandale a éclaté. L’un des vice-présidents du métallurgiste Kobe Steel, Naoto Umehara, a déclaré en conférence de presse que son entreprise avait, pendant des années, falsifié les rapports de qualité sur l’aluminium et le cuivre fourni par Kobe Steel à ses clients. Plus de 200 entreprises seraient concernées dont 6 constructeurs automobiles.



cc/pixabay
cc/pixabay
Le scandale est le dernier d’une série qui frappe le milieu industriel japonais. L’industrie automobile avait déjà été touchée de plein fouet par le scandale des airbags défectueux de Takata qui ont conduit au rappel de millions de véhicules tandis que Toshiba a été reconnue coupable d’avoir falsifié ses comptes pendant plusieurs années. Mais le scandale de Kobe Steel pourrait avoir des conséquences partout dans le monde.

Parmi ses clients on trouve en effet des entreprises aussi variées que Boeing, de l’industrie ferroviaire ou encore Mitsubishi Heavy Industries spécialisée dans les machines. La division automobile de Mitsubishi fait d’ailleurs partie des industries automobiles concernées par ce scandale puisqu’elles pourraient avoir utilisé des pièces dont les caractéristiques techniques ont été falsifiées.

Pour l’instant Toyota a déclaré publiquement être consciente d’avoir utilisé des pièces fabriquées par Kobe Steel pour ses voitures. Nissan et Honda l’ont confirmé à l’AFP mercredi 11 octobre 2017. Subaru et Mazda ne se sont pas encore prononcées. Ce qui est sûr c’est que toutes ces entreprises devront mener des contrôles très poussés.

Dans le meilleur des cas les pièces utilisées pourraient n’avoir aucun impact sur les voitures malgré la contrefaçon des caractéristiques techniques. Mais dans le pire des cas des rappels et des remplacements pourraient être nécessaires afin de garantir la fiabilité et la sécurité des véhicules.

En attendant, la Bourse a lourdement sanctionné Kobe Steel lui faisant perdre près d’un tiers de sa capitalisation en seulement deux jours.


11 Octobre 2017