Entreprises & Décideurs

Corporate management: information pour les dirigeants


Entreprises & Décideurs

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Japon : plafonnement des heures sup’ à 100 par mois





Si en France la diatribe entre les tenants des 35 heures, ceux qui aimeraient réduire la durée légale du travail et ceux qui voudraient supprimer la loi de 1998 continue, au Japon le problème est un peu différent. Loin de se plaindre de travailler trop longtemps, les Japonais ont pris l’habitude de faire des heures supplémentaires de manière régulière. Une bonne idée… si ces heures supplémentaires ne finissaient pas par des drames.



cc/pixabay
cc/pixabay
Le rapport entre les salariés et l’entreprise, au Japon, est particulier. Un bon employé est reconnu comme tel sur la base de l’endurance et sa capacité à produire toujours plus. Les 40 heures hebdomadaires que sont la durée légale du travail dans l’archipel ne sont donc pas suffisantes : il n’est pas rare que les Japonais travaillent 20 voire 45 heures (le maximum s’il n’y a pas d’accord d’entreprise) de plus par mois.

Certains travaillent même plus : les accords d’entreprise, courants dans les grandes sociétés, permettent de faire bien plus d’heures supplémentaires que les 45 prévues par la loi. Et certains employés finissent par être surmenés. Les suicides sont nombreux : plusieurs centaines de personnes meurent ainsi des conséquences d’avoir trop travaillé chaque année. Le fait de mourir d’avoir trop travaillé a même un nom en japonais : « karoshi »

Le gouvernement a négocié avec Rengo, la confédération des syndicats des travailleurs, et Keidanren, le Medef japonais, pour trouver l’accord qui va être présenté par les équipes du premier ministre Shinzo Abe. Il prévoit un plafond maximum de 100 heures supplémentaires par mois mais exclusivement en période d’activité intense qui peut toutefois durer jusqu’à six mois.

L’accord, qui Shizo Abe a qualifié d’historique, est toutefois très critiqué par l’opposition qui estime qu’il s’agit d’un accord inutile : les autorités japonaises estiment que dès lors qu’un salarié travaille 80 heures supplémentaires (soit 120 heures par mois) il y a un risque pour sa santé.


19 Avril 2017